Skip to content Skip to navigation

Réduction des Déchets : ayons les bons réflexes !

SO PHARE

Penser l'océan autrement

Réduction des Déchets : ayons les bons réflexes !

Semaine Européenne de la Réduction des Déchets (du 16 au 24 novembre)
Share

Cette semaine, nous célébrons la 11e édition de la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets (SERD, 16 au 24 novembre). Une cause chère à Phare d'Eckmühl, sachant qu'une grande partie des déchets atterrit dans la mer. On estime que chaque minute, 80 à 120 tonnes de déchets produits sur terre finissent en mer ! La bonne nouvelle, c'est que chacun de nous peut agir à son échelle, en adoptant les bons réflexes.

"Le meilleur déchet est celui que l'on ne produit pas". Partant de cette idée simple et de bon sens, les organisateurs mettent cette année l'accent sur la prévention en plaçant la semaine sous le thème "Waste education and communication". Objectif : sensibiliser chacun à la nécessité de réduire ses déchets, nous donner des clés pour agir au quotidien et nous inciter à en parler autour de nous pour faire des émules.

 

Les 3 R, la règle d'or des déchets

Les 3R késako ? C'est un moyen mnémotechnique pour garder en tête les 3 mots d'ordre d'une gestion vertueuse de vos déchets. R comme :

  • Réduire la production de déchets,
  • Réutiliser (ou réemployer) les produits,
  • Recycler les matériaux.

Y'a plus qu'à… traduire ces 3R en gestes simples à adopter au quotidien. Pour vous y aider, voici une to-do list "zéro déchets" facile à mettre en place.

 

To-do list anti-déchets

 

Limiter les emballages : on privilégie les formats familiaux, et on oublie les packs de bouteilles d'eau. Pour le frais, on bannit le préemballé, on achète à la coupe, au poids ou en vrac. Au rayon ménager on adopte les éco-recharges qui contiennent 50 à 70% d’emballage en moins !

Faire la chasse au gaspi : selon la FAO (Food and Agriculture Organization), environ 1/3 des denrées produites pour la consommation humaine sont gaspillées chaque année. Alors on fait une liste des produits manquants avant de partir aux courses, on est vigilant sur les dates de péremption, on ajuste ses quantités en cuisine et on apprend à accommoder les restes.   

Réparer au lieu de jeter : jouet, vélo, appareil électroménager en panne ? Avant de jeter, on essaie de comprendre d'où vient le dysfonctionnement. Pour cela on peut consulter un artisan ou un commerçant spécialisé ou, pourquoi pas, pousser la porte d'un "repair café". Un bon moyen de se (re)mettre au bricolage dans la joie et la bonne humeur, aidé par des réparateurs bénévoles.

 

Bannir le jetable ! Utiliser des produits jetables (rasoirs, lingettes, vaisselle jetable, stylos, essuie-tout…) génère 3 à 6 fois plus de déchets que les produits traditionnels. On limite donc au maximum tout ce qui est à usage unique.

 

Donner, troquer ou revendre : nos placards regorgent de vêtements ou objets inutilisés mais qui peuvent encore servir et plaire à d'autres. Les jeter est une aberration !

Faire son compost : épluchures, restes de repas, déchets verts, etc. peuvent être compostés à même le sol ou dans des bacs prévus à cet effet et être réemployés sur place pour soigner ses plantations. Le 1er degré de l'économie circulaire !

Réduire sa consommation de papier : dans les pays industrialisés, chaque habitant utilise 200 à 300 kg de papier par an ! Quelques idées simples pour réduire le gâchis : limiter ses impressions, toujours imprimer en recto/verso, fabriquer un bloc-notes avec des pages partiellement imprimées, opter pour les factures numériques, et apposer un "stop pub" sur sa boîte aux lettres… Et hop plusieurs kilos de papier en moins dans votre poubelle !

 

Phare d'Eckmühl engagé à vos côtés

Phare d'Eckmühl prend sa part dans la lutte contre les déchets, en s'efforçant d'appliquer au mieux la règle des 3R. Voici comment :

  • Recours exclusif à des emballages recyclables :  tous nos produits sont conditionnés dans des boîtes en aluminium (boites rectangulaires) ou en acier (boîtes rondes), deux matériaux 100% recyclables, et sans suremballage en carton.
    Au passage, rappelons qu'après consommation, nos boîtes vides, même souillées par l'huile, sont à jeter dans la poubelle jaune afin d'être valorisées.

 

  • Réduction de l’épaisseur de nos boîtes en aluminium, afin de minimiser nos besoins en ressources naturelles et de diminuer le tonnage des déchets générés chez les consommateurs de nos produits.

 

  • Rationalisation du conditionnement de nos matières premières : les huiles notamment, que nous consommons en grande quantité, sont achetées en vrac  = zéro déchet ! Nous envisageons par ailleurs de limiter la production d’huile alimentaire usagée en installant un dispositif de filtration plus performant.

 

  • Réduction des déchets de poisson dans nos ateliers de Douarnenez, pour ne pas gaspiller la ressource. Notre challenge pour 2019 : moins de 150 kg de déchets par tonne de poisson transformé. Avec 142 kg à fin septembre, nous y sommes presque !

 

  • Valorisation systématique de nos déchets. Les graisses issues du prétraitement des eaux usées sont valorisées par méthanisation pour produire du biogaz, les huiles alimentaires usagées sont utilisées pour du biocarburant, les emballages souillés sont incinérés et valorisés en production d'énergie, etc. A fin septembre 2019, notre taux de revalorisation des déchets s'élevait à 93%, soit 3 points au-dessus de l'objectif ! 

 

Pour réduire ses déchets, un peu de bonne volonté suffit, et ça paye ! Les poissons suffoquent, alors vite, sus aux déchets !

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Retour en haut