Skip to content Skip to navigation

Dispositifs de concentration de poissons, comprendre la controverse.

SO PHARE

Penser l'océan autrement

Dispositifs de concentration de poissons, comprendre la controverse.

Les Dispositifs de Concentration de Poissons sont des structures flottantes ancrées ou dérivantes qui favorisent la concentration d’animaux marins. En premier lieu, les DCP avaient un rôle d’abri pour des poissons juvéniles ou des poissons blessés. Les DCP ont évolué pour servir de technique de pêche pour améliorer le rendement des captures.
Share

Aujourd’hui, il existe trois types de DCP :

         les DCP dérivants à ancre flottante (de petites ou de très grosses tailles, équipés de balises GPS),

         les DCP légers, fixés au fond (environ 200m) sont souvent utilisés dans les mers chaudes pour tenter de maintenir une pêche artisanale rémunératrice pour les pêcheries.

         les DCP lourds, fixés jusqu’à 2000m.

Cette technique de pêche ancestrale est utilisée par les pêcheurs locaux en zones côtières, dans les lagons. En déployant leurs filets et en jetant leurs lignes à proximité des DCP, ils peuvent augmenter leurs captures de poisson. Cette pêche contribue à la sécurité alimentaire au niveau local en permettant aux pêcheries artisanales de compléter la pêche traditionnelle. Elle permet également de préserver l’intégrité des massifs coralliens et leur biodiversité.

Comme le dit Greenpeace, ce ne sont pas les DCP en tant que tels qu’il faut décrier mais l’usage que certains armateurs en font.

Aujourd’hui, l’industrie de la pêche au thon s’est approprié également cette technique de pêche. En effet, les pêcheurs industriels construisent des DCP artificiels, qui a pour effet de concentrer les bancs de poisson. Une fois la quantité de poissons jugée suffisante sous le DCP, les pêcheurs déploient la senne autour du DCP et remontent tous les poissons se trouvant dans la zone.

Une des problématiques est le nombre de DCP utilisés. Par exemple, dans l’Océan Indien, un bateau peut détenir jusqu’à 700 DCP, alors que les thoniers français se sont imposés 200 DCP par bateau. Chaque année, la CTOI (Commission Thonière de l’Océan Indien) se réunit afin de limiter le nombre de DCP par navire. Mais cela ne suffit pas.

Cette technique de pêche optimise les prises de thon mais vide les océans et favorise la prise de mammifères annexes comme les tortues marines, les thons juvéniles, les requins.

Autre point négatif c’est la pollution des mers que provoque ces DCP. Le défaut de maintenance autour de ces objets pose problème. En effet, les DCP peuvent dérivés sans qu’on puisse les retrouver, s’ils ne sont pas suffisamment ancrés. Du côté des armateurs, rien ne les oblige à récupérer les DCP. Parfois vieux de plus de 10 ans, ils restent des pièges pour nombre d’espèces marines.

Si vous cherchez du thon en conserve issu de la pêche sur banc libre, c’est–à-dire issu de pêcherie n’utilisant pas de Dispositif de Concentration de Poissons, n’hésitez pas, approvisionnez-vous en toute confiance auprès de la marque Phare d’Eckmühl.

 
 

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Retour en haut